Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 19:00

Le-Chant-d-Achille-M.-Miller.jpg

 

Le Chant d'Achille

Madeline Miller

Rue Fromentin

 

Le récit gravite autour d'Achille, demi-dieu terriblement humain. À travers les yeux de Patrocle, son unique amour, nous redécouvrons son histoire, celle d’un homme élevé dans la poursuite de la gloire, capable de douceur et d'attentions comme d'accès d'orgueil virulents.

De son enfance à Phtie aux murs de Troie, nous parcourons ce roman entre frénésie politique et intimité de l'amour où Madeline Miller a pris soin de rendre compte de la réalité de cette époque en prenant dix années pour écrire ce bijou littéraire.

 

Bref, un roman touchant et captivant !

Repost 0
Published by Libraires de l'Eternel Retour - dans Littérature américaine
commenter cet article
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 15:14

Québec Bill Bonhomme

 

Howard Frank Mosher

 

 

 

Quebec Bill Bonhomme est le roman d'un fils sur un père qui pourrait être son grand père et l'a élevé comme on élève un petit fils. Un père magnifié, rieur, charmeur, aventureux, éternel optimiste et doté d'un amour infini pour la Nature et son fils Wild Bill.

 

1932. La prohibition est en vigueur aux Etats Unis. Dans le Vermont, Quebec Bill Bonhomme et son fils partent avec Rat Kinneson et l'oncle Henry faire de la contrebande de Whisky au Canada voisin. Volant des caisses au diabolique clan d'albinos de Carcajou, ils vont fuir vers leur Vermont natal cette bande de fous furieux et affronter mille péripéties et aventures rocambolesques.

 

Une odyssée hallucinée où l'on rencontre fantômes, chimères, monstres, le diable et le bon dieu,

un voyage en forme de réverie au milieu des paysages grandioses des forêts, lacs, marais et

montagnes du nord américain, merveilleusement révélés par la plume d'Howard Frank Mosher.

 

Entre Quebec et Vermont, entre français et anglais, entre mythe et réalité et au rythme de saisons extrêmes, Bill revient sur la saga de la famille Bonhomme, et c'est toute l'histoire de cette partie du nouveau monde qui s'offre à nous.

 

Un roman déluré, une odyssée fantastique à découvrir absolument.

 

Repost 0
Published by Libraires de l'Eternel Retour - dans Littérature américaine
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 10:45

 

Les enfants de l'Albatros

 

Anaïs Nin

 

 Stock

 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/412Z0MEN7YL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

   Dans ce deuxième livre des Cités Intérieures, qui comprend cinq volets (pouvant chacun se lire indépendamment), nous suivons la vie sentimentale de Djuna, jeune femme profonde et intérieure sauvée par la danse et ses rencontres amoureuses, celle avec Paul surtout, dans laquelle elle s'épanouit follement. Les enfants de l'albatros sont des jeunes gens passionnés et rêveurs qui par l'amour s'arrachent de leurs blessures et trouvent leur liberté.

   Roman en deux parties, le second chapitre célèbre les cafés parisiens où se retrouvent les personnages d'Anais Nin dont le trio d'amies que sont la mystérieuse Djuna, la fulgurante Sabina et Lillian, amoureuse déçue, qui sont autant de visages de l'auteur elle-même. En effet les textes d'Anais Nin sont très personnels, et son écriture, passionnée, subtile, poétique, saisit et retranscrit avec beaucoup de fluidité et de profondeur les sentiments humains et amoureux, les expériences sensuelles, la nature féminine. On se laisse emporter avec bonheur par ce texte qui coule comme un flot brûlant et poétique.

   Anais Nin voulait faire de ce roman-fleuve, Les Cités intérieures, sa grande oeuvre; en vérité c'est à la publication de ses Journeaux intimes tenus depuis ses onze ans jusqu'à sa mort, qu'elle dut sa notoriété. Elle fut une des premières femmes à écrire des ouvrages érotiques (Vénus Erotica) et dans les années 40 elle a ouvert le champ d'une littérature de la sensualité féminine libérée. Amoureuse passionnée, elle fut la maitresse de nombreux grands écrivains, en particulier d'Henry Miller. 

   Les enfants de l'Albatros est une petite perle qui permet de découvrir cette auteur passionnée et passionnante. Il est précédé des Miroirs dans le jardin, et suivi des Chambres du coeur.


 


Repost 0
Published by Libraires de l'Eternel Retour - dans Littérature américaine
commenter cet article
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 18:54

Wilderness

 

Lance Weller

 wilderness.png

 

Abel Truman vit sur la côte déchiquetée du Pacifique Nord-Ouest, dans une vétuste cabane de bois flotté avec son chien pour unique compagnon. Trente ans plus tôt, il a survécu à la bataille de la Wilderness, l'un des affrontements les plus sanglants de la Guerre civile américaine. Depuis, Abel est hanté par son passé douloureux, jusqu'au jour où il décide de partir pour un ultime voyage. Mais le vieux soldat ne tarde pas à être rattrapé par la violence lorsqu'un homme au visage déchiré et un Indien aux yeux sans éclat lui dérobent son chien. Laissé pour mort par ses assaillants, Abel part sur leurs traces à travers les Olympics Mountains menacées par la neige. Sa quête l’entraînera sur la route de ses souvenirs et vers une rédemption qu’il n’espérait plus.

Wilderness est une épopée héroïque qui décrit la course contre la mort d'un homme à travers l'histoire et le continent américain. Ce livre inoubliable est une fresque ambitieuse qui inscrit d'emblée Lance Weller parmi les grands romanciers américains. 
Présentation de l'editeur

 

 

Quand le froid et l'obscurité de l'hiver parisien nous affectent, qu'il est bon de s'aérer l'esprit avec une écriture tendre et poétique qui nous fait entrer au coeur des magnifiques espaces du grand ouest et dans l'univers d'un vieil homme sur les chemins de la rédemption. Une épopée américaine, où se mêlent, comme dans la nature qui entoure Abel : violence et tendresse, beauté, destructions et nouvelles naissances, ombres et lumières...

 

Un roman chef d'oeuvre, la dernière découverte de Gallmeister qui vient compléter la collection "Nature Writing".

Repost 0
Published by Libraires de l'Eternel Retour - dans Littérature américaine
commenter cet article
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 18:56

Et Nietzsche a pleuré

 

Irvin Yalom

 

 

Le docteur Josef Breuer, éminent médecin viennois, connu pour son étude "d'Anna O" qui figure au début des "Etudes sur l'hystérie" de Sigmund Freud, est en vacances en famille à Venise. Il y rencontre la jeune Lou Andréa Salomé, qui le prie de prendre en charge, à son insu, un amoureux déçu devenu fou, s'estimant responsable de son malheur et pensant que "l'avenir de la philosophie allemande est en jeu".

 

Par le truchement d'amitié communes, Friedrich Nietzsche, en qui germe "Zarathoustra", va venir consulter Breuer pour ses migraines, mais surtout, pour "faire honneur aux recommandations de ses proches". Le médecin va alors tenter de mettre en place avec le philosophe une cure par la parole, allant pour cela jusqu'à devenir lui même le patient ou "l'arroseur arrosé", le tout sous l'oeil déjà perçant du jeune Sigmund Freud...

 

Une oeuvre hilarante, superbe partie d'échecs entre des grands explorateurs de l'esprit à l'apogée de la Vienne intellectuelle, initiation à la fois à la philosophie Nietzschéenne et à la psychanalyse.

 

Irvin Yalom est un psychiatre américain, adepte de la psychothérapie existentielle, pratique fortement influencée par les travaux de Karl Jaspers.

 

Les amoureux de Nietzsche pourraient être choqués par un tel roman, si l'on peut s'étonner de certains anachronismes dans cette oeuvre, comme le misogynisme de l'homme (chacun se fera son idée sur les possibilités réalistes de cette fiction), la vision d'Irvin Yalom n'en demeure pas moins joussive : il s'agit du choc que tant auraient aimé voir se produire entre les prémices de la psychanalyse et l'une des philosophie les plus marquante du vintgième siècle, de l'invention de la "philothérapie", et surtout d'une oeuvre littéraire signifiant la méthode thérapeutique de son auteur.

 

Selon les dernières explications des spécalistes sur la folie de Nietzsche, il souffrait, comme tant de génies, d'une psychose maniaco dépressive, et serait mort d'une tumeur au cerveau.

Repost 0
Published by Libraires de l'Eternel Retour - dans Littérature américaine
commenter cet article
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 18:21

Larry McMurtry

 

La dernière séance

 

 

 

 

Années 50, dans la petite ville de Thalia au nord du Texas, grandissent Duane et Sonny, jeunes adolescents qui s'ennuient à mourir et tuent le temps entre histoires d'amour médiocres et jeux dans la salle de billard locale. Emerveillés par les classiques hollywoodiens diffusés dans la salle de cinéma du vieux Sam le lion, ils vont, devenus adultes, découvrir la perte de nombreuse illusions face aux réalités de la vie.

 

"La dernière séance" est une épopée texane pleine de tendressee écrite dans un style qui sait rendre chaque protagoniste profondément attachant, un roman qui nous fait passer par toutes sortes d'émotions dans un univers qui pourrait pourtant a priori sembler si dénué d'originalité. Une expérience sensorielle unique qui fait aimer la nature humaine et enrichit nos perceptions.

 

Larry McMurtry est né en 1936 au Texas où il a ouvert une librairie géante à Archer City. Il a obtenu le prix Pulitzer pour "Lonesome Dove". "La dernière séance" a été porté à l'écran par Peter Bogdanovitch.

Repost 0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 12:09

Indian Creek

 

Pete Fromm

 

 

Pete Fromm jeune américain de Milwaukee nourri au lait des grands auteurs du "Nature Writing", se voit proposer un job d'hiver qui consiste à veiller sur un parc naturel gigantesque dans les montages rocheuses, et tout particulièrement sur un bout de rivière qui regorge d'oeufs de saumons sauvages.

 

Pendant six mois, vivant principalement de chasse, et sous un hiver rigoureux (des pics à -30°), il va se laisser aller à la contemplation d'une Nature merveilleuse, où lynx, chevreuils, saumons, élans ou grouses sont chez eux. Il raconte avec beaucoup d'autodérision et de simplicité son expérience de ranger, et nous fait rêver avec ses élans poétiques et desciptions de paysages grandioses.

 

Une belle oeuvre dont l'humilité et l'humour apporte une autre tonalité dans les chants de ces hommes qui se sont confrontés à eux mêmes et à la Nature...

 

A découvrir si vous avez aimé Sukkwan Island, Desert Solitaire ou Walden.

Repost 0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 12:07

Montana 1948

 

Larry Watson

 

 

David Hayden, jeune américain du Montana de l'après guerre, vit une jeunesse paisible entouré de parents aimants dans ce qui semble être une famille modèle du middle-west. Il va brutalement perdre ses illusions d'enfant et apprendre le monde des adultes à travers le comportement problématique de son oncle Franck, médecin, et l'attitude de son père Wesley, shérif, à son égard...

 

Il vaut mieux ne pas dévoiler l'histoire de ce roman qui nous emporte du début à la fin, nous redonne des yeux d'enfant, nous plonge avec émerveillement dans la beauté sauvage du Montana, nous fait découvrir tous les aspects de la famille modèle américaine de l'Amérique profonde et ses rapports aux indiens...

 

Un livre superbement bien écrit à dévorer en moins de deux heures, à découvrir dans la collection Totem de Gallmeister (éditeur entre autres de Sukkwan Island, Le sillage de l'oubli), collection dont tous les ouvrages sont disponibles à la librairie.

 

Repost 0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 18:58

Le sillage de l’oubli

Bruce Machart

sillageoubli.jpg

A la fin du XIXe siècle, dans la campagne texane, un émigré tchèque perd sa femme morte en couche et par là même sa seule source de joie et de bonheur dans la vie. Froid, violent, il élève seul ses quatre enfants et ne semble plus n’avoir d’attention que pour ses chevaux et sa propriété.  Pour agrandir celle-ci, il va accepter un pari fou avec un propriétaire espagnol qui va engager l’avenir des quatre frères : une course que devra gagner le plus jeune de la fratrie…

Bruce Machart, auteur américain, signe ici un premier roman d’une puissance extraordinaire, sombre, dur, parfois déroutant, avec de magnifiques descriptions d’une nature violente et sauvage omniprésente (la spécialité Gallmeister).

C’est avec fascination que l’on se plonge dans cette grande épopée familiale et que l’on assiste aux déchirements de la fratrie Skala dans l'Ouest sauvage. Une œuvre littéraire qui fera parler d’elle et encore une découverte de Gallmeister qui après « Désert solitaire », David Vann ou Ron Carlson nous régale avec sa collection « Nature Writing ».

A découvrir dès cette rentrée littéraire de Janvier.

Le site de Bruce Machart : http://www.brucemachart.com/

Repost 0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 16:38

Un parfum de jitterbug

Tom Robbins

 jitterbug.jpg

Gallmeister vient de publier un nouveau Tom Robbins, auteur adulé outre-Atlantique mais trop peu connu en France.

Un parfum de Jitterbug (édité en 1984 aux Etats-Unis) nous raconte l’épopée d’Alobar, roi de Bohême du VIIe siècle après Jesus Christ qui, refusant d'être sacrifié par sa tribu au premier cheveu blanc, s'enfuit et va découvrir le secret de l’immortalité. Avec Kudra, jeune indienne qui devient sa compagne, ils voyagent à travers les âges entre l’Inde, l’Europe et l’Amérique.

Un temps à Constantinople, un temps nomades et amuseurs publics avec les gitans, un temps gérants d’une parfumerie à Paris, ils doivent régulièrement faire leurs valises pour que leur secret ne soit pas percé. L’épopée d’Alobar fourmille de rencontres extravagantes (tel Pan qui fuit un christianisme naissant et sectaire ou sa nymphe vieillissante devenue prostituée), d'aventures rocambolesques et de questionnements surréalistes (« le vieillissement me semble être un prix bien payé pour être normal »)…

Parallèlement à l’histoire d’Alobar, Tom Robbins nous présente une serveuse de Tacos à Seattle, un « nez » parisien et une parfumeuse de la Nouvelle Orléans. Leur point commun ? Ils reçoivent tous sur le pas de leur porte une betterave, puis encore et encore d’autres mystérieuses betteraves…

Une énigme qui trouve peut être ses racines dans l'épopée d'Alobar...

Le talent de ce roman réside dans sa drôlerie permanente, son art du retournement, dans cette histoire à plusieurs dimensions qui finissent par se rejoindre, mais aussi dans un portrait de l’Europe et cette vision de l’histoire de l’humanité absurde, surréaliste, parfois bête mais qui la rend profondément attachante.

Une fantaisie.

Repost 0

Présentation

  • : Coups de coeur de l'Eternel Retour
  • Coups de coeur de l'Eternel Retour
  • : Les libraires et les amis de la librairie partagent leurs coups de coeur.
  • Contact

Recherche