Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /


Linda lê
"Au fond de l'inconnu pour trouver du nouveau"
(Ed. Christian Bourgois)

Notes de lectures par Manuel Albano


- Ecrire en compagnie, écrire avec, dans l'entre-deux des pages, l'écrivain est construit de la voix de l'autre et il répond à cette voix... Textes tissés d'écritures diverses, échos qui répercutent les mots lus et aimés, dans son recueil de lectures, Linda Lê dialogue avec les textes et les vies d'écrivain qui ont marqué, inscrit, tracé en elle une compagnie amoureuse, une communauté littéraire.

- On n'écrit pas seul... Dans la solitude de la page, le retranchement, l'exil, se révèlent les voix qui hantent le tracé des mots, le geste d'écrire, la main portée par les lectures...

- On est en compagnie... Linda Lê depuis Tu écriras sur le bonheur poursuit son exploration littéraire, elle nous offre ses bonheurs de lectures, parfois surgis du hasard, un livre de Sandor Marai abandonné par un voyageur dans le train, un livre, une voix qui l'appellle du fond de sa souffrance solitaire comme celle de Juan Rodolfo Wilcock qui fait "irruption" dans univers... Les livres nous parlent, Linda Lê écoute leur voix et rend hommage à cette parole accueillie en elle, cet inconnu, cet autre qui vient l'arracher à sa solitude pour lui murmurer les mots de l'exil, les mots déracinés des écrivains qu'elle découvre comme une rencontre amoureuse, un évènement, un miracle qui la frappe...

- La plume de Linda Lê voyage en compagnie et son écriture trace les contrées explorées... La romancière nous offre des récits, des romans, des poèmes, des vies d'écrivain de divers pays qui se sont posés près d'elle pour accompagner sa solitude... Elle reprend les mots de René Char "les alliés substantiels" pour qualifier ses découvertes essentielles...

- Outre une romancière, Linda Le est une passeuse... Elle fait surgir devant nos yeux des écrivains Capek, Klima, Rodanski, Dazai (...) qui viennent titiller notre curiosité. Elle nous ouvre à leurs univers et nous invite à les découvrir et à les lire... Ecrire c'est aussi faire connaître, c'est dire l'amour de nos rencontres, c'est donner, partager les livres comme un lien, un ciment, une communauté qui relient nos solitudes et construisent une être ensemble, une être avec les livres...


- Dans "L'astre du désastre" Linda Lê rend hommage à une comète anarchiste, Stig Dagerman qui a surgit dans la nuit littéraire comme un coup, une frappe de l'éclair, un évènement littéraire... L'écrivain s'est brûlé au feu de sa révolte en pleine gloire littéraire... Venu de Suède, l'astre, l'écrivain suicidé, laisse sa trace dans le ciel. Linda Lê a cette très belle phrase pour dire son amour de Dagerman et sa continuité au-delà de la mort : "Le suicide de Dagerman, ce dernier jeu avec le feu, scellait peut être sa défaite face à l'hydre de l'angoisse, mais cet adieu du phénix a la vertu de nous le rendre proche : ne disait-il pas que seuls les enfants brûlés peuvent réchauffer les autres ?".

- Linda Lê fait revivre la langue de Ghérasim Luca dans un texte intitulé "La morsure des mots" qui fait écho au Vampire passif du poète. La langue défaite, coupée, travaillée dans une réinvention de la parole, cette autre, cette inconnue, trouve chez Linda Lê un vibrant hommage, un amour en compagnie de l'éxilé du monde et du langage.

- Lire, c'est voyager en compagnie, y découvrir "L'étrange étranger"... De son exil, comme s'il n'y avait plus de terre, Linda Lê, à travers ses lectures, nous propose un lieu sans lieu, un territoire sans territoire, elle nous invite à errer dans une communauté littéraire sans bord, sans patrie... Elle nous invite à recevoir les livres sans frontière, les livres qui l'accompagnent...

Manuel Albano

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Coups de coeur de l'Eternel Retour
  • Coups de coeur de l'Eternel Retour
  • : Les libraires et les amis de la librairie partagent leurs coups de coeur.
  • Contact

Recherche